Les Mammifères

Des écureuils à l'arboretum

L'écureuil roux (Sciurus vulgaris) est un petit rongeur arboricole diurne bien connu près de chez nous. D'une taille d'une vingtaine de centimètres (sans compter la queue pouvant mesurer de 16 à 20 cm), c'est une espèce très individualiste. L'hiver, il n'hiberne pas mais rentre en phase de repos en ralentissant ses activités. Les hivers très rigoureux peuvent lui être fatals et il arrive que les populations du Nord soient contraintes de migrer en masse vers le Sud afin de fuir le froid.

Il cherche sa nourriture à la cime des arbres en récoltant des fruits comme des noix, des noisettes mais il peut aussi se contenter de bourgeons, d'écorce, d'insectes voire d'oeufs ou de jeunes oisillons encore au nid. Il met en place des garde-manger en stockant de la nourriture, au sol ou dans les fourches des arbres.

Il arrive que l'on observe des sortes de grosses "boules" de feuilles dans les arbres. Il s'agit de nids d'écureuils (que l'on appelle aussi "hottes"). L'entrée de ces nids est positionnée vers le bas. Ces derniers servent à protéger le rongeur lors de son repos hivernal et à élever ses petits.

Les écureuils n'ont souvent qu'une portée par an, mais peuvent parfois en avoir deux ou trois. Une fois fécondées, les femelles bannissent le mâle du nid et s'occupent seules des petits. Les petits naissent après 38 ou 39 jours de gestation. La portée peut atteindre jusqu'à 7 petits. Ils sont alors aveugles et sans poils. Ils commenceront à quitter le nid pour explorer les environs lorsqu'ils seront âgés de 8 semaines.

L'espèce est largement répartie et commune en Europe mais des menaces pèsent sur elle. Tout d'abord, l'introduction de l'écureuil gris (Sciurus carolinensis, espèce Nord-Américaine) entraîne une concurrence alimentaire entre les deux espèces. Cela a pour conséquence le fort déclin de l'écureuil roux en Angleterre. La chasse et le braconnage ont autrefois été une cause de régression (jusqu'au XXème siècle). Aujourd'hui, c'est surtout la circulation automobile et la fragmentation de son habitat qui pèsent sur le rongeur.

Dans l'arboretum, on peut régulièrement l'observer en haut des arbres ou affairé à manger des noisettes dans les noisettiers du verger comme sur la photo ci-dessus.